Chiner

Objet Mystère du mois d'Octobre

Elle peut être d’argent ou d’un métal banal. Ciselée des plus beaux décors baroques ou plate sans attraits. Elle laisse toujours passer la lumière… mais pas que… car en des temps sombres sa simple possession vous valait la prison. C’est l’objet mystère du mois d’Octobre. Qui-suis-je ?

© Absinthe on net

La fée qui rend fou


L’absinthe rend fou, aveugle et impuissant. Elle est responsable de la criminalité, des violences conjugales, de la dépravation de la jeunesse et de la baisse de la natalité ! Voilà le genre de procès que les ligues antialcooliques (opportunément épaulés par les vignerons) firent à la fin du XIXe siècle, jusqu’à son interdiction en 1915, à celle que l’on surnomme la « fée verte ».

Au XXIe siècle, nous avons le rap, les jeux vidéos et Marylin Manson. A chaque époque son bouc émissaire ! Mais revenons à notre cuillère.

L’absinthe connaît un fort engouement dès la moitié du 19ème siècle. Le rituel de consommation consistait, pour quelques téméraires, à le boire pur (de 65 à 75° quand même), pour les autres, à le diluer dans l’eau. Dans les bistrots de l’époque on disposait sur le comptoir des fontaines à absinthe qui permettaient de servir plusieurs verres à la fois et de contrôler le débit de l’eau. Plus l’eau coule lentement, plus l’absinthe libère ses arômes.

Pour atténuer l’amertume du breuvage on y ajoutait fréquemment du sucre et on mélangeait le tout à l’aide d’une longue cuillère appelée cuillère à mazagran.

Pourquoi la cuillère d'Absinthe est-elle percée ?


Simplement, parce que le sucre se dissout très mal dans l’alcool fort, et facilement dans l’eau !
Les orfèvres de la Belle Epoque, redoublant d’ingéniosité, eurent l’idée de concevoir une cuillère percée permettant de verser l’eau sur le sucre, qui se dissolvait ainsi progressivement, avant de se mélanger à l’absinthe préalablement versée dans le fond du verre.

Bonne nouvelle, depuis 2011 la vente d’absinthe en France est de nouveau légale. Vous pourrez donc chiner cet objet du passé, lors de votre prochaine brocante ou vide-greniers, et vous en servir !

La cuillère à absinthe peut prendre toutes les formes et son prix peut varier de quelques euros à plusieurs centaines pour les pièces de collection.

© Pontalier Anis

Prix d'une cuillère à absinthe en brocante

Le prix d’une cuillère à absinthe dépend surtout de la rareté du modèle (davantage que le poinçon ou le métal utilisé). Il faut donc bien se renseigner. Le livre, L'Absinthe, les Cuillère de Marie-Claude Delahaye paru en 1984 entreprend ainsi de recenser plus de 120 cuillères à absinthe en leur attribuant un barème de rareté. Les moins rares (1 étoile) peuvent être estimées aux alentours de 10 à 15€. Deux étoiles à 30€. Les plus rares, donc les plus chères, entre 800 et 1500€. Entre les deux, tous les prix sont possibles.

Si vous voulez vous procurer une fontaine à absinthe, là encore, l’éventail de prix est large. En fonction de la rareté du modèle, de l’époque, de la qualité du bocal, de la marque, vous débourserez quelques dizaines d’euros ou plusieurs milliers !

Pour l’anecdote, si vous croisez un jour un collectionneur de cuillère à absinthe tentez de l’impressionner en lui disant qu’il porte deux noms ! Il est à la fois un microcochliarmaphile (collectionneur de cuillère) et un artémisophile (collectionneur d’objets se rapportant à l’absinthe) !

Pour plus les plus curieux, sachez aussi qu’il existe en France depuis 1994, un Musée de l’absinthe et qu’il se trouve à Auvers-sur-Oise !

Enfin, vous pouvez désormais déguster en toute tranquilité et avec modération la "Fée verte" notamment dans le Doubs (25) où elle est produite.

Bonne dégustation à tous !

Publié le 04 octobre 2018 par Valéry

Partager