Déco

La lampe Jieldé : histoire d’une lampe d’atelier devenue culte

Intemporelle, elle a traversé les années grâce à son style unique, reconnaissable entre tous. Il en va ainsi de la vie d’une icône du design contemporain. Vieillie, laquée ou cabossée, neuve ou d’occasion, sur socle ou en applique, dans les tons vert vespa ou en acier brossé, elle restera à jamais associée à son créateur : Jean-Louis Domecq.

Lampe Jieldé 2 bras patinée posé sur une enfilade en palissandre de Rio
© Krista Kaltanen

Lampe Jieldé 2 bras patinée posé sur une enfilade en palissandre de Rio

Histoire de la lampe Jieldé


Jean-Louis Domecq lui donna vie en 1950. Insatisfait par sa lampe de travail, il décida d’en dessiner une s’adaptant parfaitement à son métier de chef d’atelier mécanicien. Ces contraintes feront la force et l’allure de la lampe Jieldé.

Il l’imagine robuste, souple et surtout sans câble pouvant perturber son mouvement. Ainsi naissent les rotules articulées permettant à la lampe de se mouvoir, la liaison électrique se faisant par des contacts en cuivres à l’intérieur de celles-ci.

Enfin, elle doit pouvoir être orientée constamment à la main, sans se brûler, c’est la fonction de l’arceau englobant l’abat-jour qui lui confère cet aspect unique.

Jean-Louis Domecq, lui donnera son nom, ou plutôt ses initiales : JLD. Prononcées, elles deviennent Jieldé.

La société qui commercialisera la lampe est créée en 1953 et s’annonce comme un succès. Elle accompagnera l’industrialisation de la France des 30 glorieuses. Les premières lampes sont fabriquées dans la région lyonnaise en 1951 avec 2 bras articulés, et une petite plaque rivetée sur le col de l’abat-jour.

Originellement appelée la Standard, la lampe Jieldé deux bras sera renommée la Loft en 2003 au moment du rachat de l’entreprise. Elle est toujours produite en France.

Détail d'une lampe Jieldé Vintage, étiquette, pied et rotule
© Five from the Ground

Détail d'une lampe Jieldé Vintage, étiquette, pied et rotule

Affiche 1960 Jieldé
© Jieldé

Affiche 1960 Jieldé

Comment différencier une lampe Jieldé ancienne d’une récente ?


  • La plaque rivetée ?
    Contrairement à ce que l’on pourrait penser la plaque rivetée sur le col de l’abat-jour ne permet pas de dater précisément l'année de production de la lampe.

  • La couleur de la plaque ?
    Raté, on ne peut même pas se référer aux différentes couleurs : vertes, bleues ou noires. Les couleurs variaient selon les stocks.

  • Le nom de la machine-outil ?
    C’est en effet un des meilleurs moyens de dater une lampe Jieldé. Les premières lampes étaient en effet vendues aux fabricants de machines-outils qui les fixaient directement à chaque machine.

    Trouver la machine-outil qui était associée à la lampe, pas facile, me direz-vous ! Surtout quand celle-ci a été démontée, vendue à un brocanteur, puis revendue à l’autre bout de la France sur un marché aux puces.

    Quelques éléments pour vous aider à différencier les modèles :



  • Les plaques étaient rivetées et non numérotées des années 1950 à la fin des années 1970. Dès 1980 on leur a substitué des étiquettes collées.

  • A partir de 1986 jusqu‘à nos jours, les plaques rivetées sont réintroduites et numérotées avec un numéro de série.

  • Le porte-douille court ou la douille à collerette céramique correspondent vraisemblablement aux premiers modèles.

  • La peinture d’origine est soit verte, dit vert vespa, soit grise.

  • L’interrupteur est en acier laitonné ou nickelé jusqu’aux années 80, puis a été remplacé par un interrupteur en plastique noir.
    Attention vous pouvez trouver sur internet des lampes avec une plaque rivetée en relief, il ne s’agit pas d’une plaque d’origine !
© Neef Louis Design
© Frenchy Fancy

Quel prix pour une lampe Jieldé d’occasion ?


Les prix varient en fonction de la qualité du modèle, de son année, de sa restauration et de son nombre de bras. A noter : une lampe vendue sans socle ne peut être utilisée qu’en applique.

Si vous trouvez une Jieldé d’occasion dans une brocante et que vous souhaitez l’utiliser en lampe de chevet, vous devrez bricoler un socle adéquat, suffisamment lourd, pour supporter son poids. Cela peut représenter un coût supplémentaire.


Cote de la lampe Jieldé Standard


Ce sont toutes les lampes produites avant les années 2000. On emploiera ce terme pour désigner les lampes d’occasion.

  1. En applique : elle, se négocie entre 125 € et 200 € selon son état et sa patine.

  2. Deux bras : elle se négocie entre 150 € et 300 € selon son état, sa patine et la présence d’un pied.

  3. Trois bras : elle se négocie entre 250 € et 450 € selon son état, sa patine et la présence d’un pied.

  4. 4, 5, 6 bras ou plus : les prix d’occasion varient entre 450 € et plus de 1 000 € selon son état et sa patine. Passé 3 bras vous les trouverez toutes montées sur socle.

    Lampe Jieldé Loft


    Ce sont toutes les lampes Standards renommées ainsi à partir des années 2000. On emploiera ce terme pour les lampes neuves. Selon les distributeurs, vous la trouverez neuve entre 240 € et 280 € en applique et autour de 360 € pour les deux bras.

    Lampe Jieldé Signal


    Ce sont les mêmes modèles que la Loft mais avec des dimensions plus petites. Sortie en 2003, selon les distributeurs, vous la trouverez neuve autour de 180 € en applique et 280 € pour les deux bras.

© Angele Vuillet

Publié le 27 juin 2018 par Valéry

Partager